SUMMER SALE
Ce site utilise cookies. Si vous continuez à y surfer nous entendrons par là votre acceptation expresse de cette utilisation. Politique de cookies.
OK

NOTRE SERVICE EN LIGNE EST OPÉRATIONNEL À CE MOMENT

Dernières nouvelles

Les trois différences à remarquer entre le judo et le JJB

Les trois différences à remarquer entre le judo et le JJB 15 Jan 2020

Dans le monde des arts martiaux on compte sur une quantité importante de disciplines qui diffèrent les unes des autres, différences basées notamment sur la forme d'attaque que ce soit  au moyen de coups  telles que le Kung Fu,Karate,Taekwondo, Muay Thai, etc...  ou d'autres modalités où les coups sont interdits, celles-ci connues comme disciplines "de prise" ou en langue anglaise  “grappling”.

Nous allons traiter dans cet article sur deux disciplines qui présentent des caratéristiques très simmilaires : le Judo et le Jiu Jitsu Brésilien  ( JJB )

Il nous arrive fréquemment de nous tromper lorsque nous utilisons les termes Judo et Jiu Jitsu Brésilien car leurs similitudes sont à l'origine d'une certaine confusion étant donné que le Jiu Jitsu Brésilien procède du Judo.

Un peu d'histoire:  l'origine des différences
Le Judo fut fondé par Jigoro Kano au Japón, en 1882. Pour créer le judo Kano a eu besoin de compiler et modifier une serie de techniques en provenance du Jiu JItsu qu'il avait auparavant pratiquées dans des écoles comme la Tenjin Shinyo ryu et plus tard la Kito ryu. Le Judo, comme nous l'avons déjà signalé, est un art martial du style Grappling ( prise ), ce qui veut dire qu'il n y a pas de place pour les coups de poing  ou les coups de pied, présents pourtant chez quelques katas traditionnels. Tous les mouvements se basent donc sur la prise : knockdown ( renversement ) par terre de l'opposant, immobilisations, strangulations et luxations.

Ce n'est qu'au debut du XXème siècle que le Brésil s'est ouvert à l'immigration asiatique, notamment japonaise. Parmi ces voyageurs en provénance du pays du Soleil lévant se trouvait le grand judoka Mitsuyo Maeda, qui s'était déplacé au pays brésilien  en mission diplomatique. Koma qui, lui, était le disciple direct de Kano à l'école Kodokan s'est alors installé à Belem,  ville de l' État de  Pará, où il a commencé à enseigner le judo avec d'autres personnes parmi lesquelles se trouvait Carlos Gracie. Après un temps  Carlos devient indépendant et ouvre son propre dojo, démenageant plus tard sur la ville de Rio de Janeiro. C'est dans la capitale carioca où il commence à expérimenter et développer des techniques  nouvelles à partir des connaissances acquises à côté de Maeda et aussi à l'aide de son frère cadet  Helio Gracie ce qui finalement aboutit dans la création d'un nouvel art martial : le  Gracie Jiu Jitsu, devenu plus tard le Brazilian Jiu Jitsu.

Voici donc la raison pour laquelle le Jiu jitsu brésilien ressemble le judo et que par conséquent les deux arts présentent  nombre de coïncidences; mais alors, en quoi diffèrent-ils ?. Nous verrons ensuite quelles sont à notre avis les trois différences essentielles :

1. Différences méthodologiques: pratique debout ou par terre.

C'est la méthodologie la différence que l'on considère la plus importante lors de l'entraînement : chez les deux arts coexistent les deux modalités de combat, le Tachi-Waza ( lutte debout ) quand il s'agit du judo et le Ne-Waza ( combat au sol ).

C'est le judo qui a focalisé de préférence la pratique du Tachi-Waza sur le Ne-Waza mais la lutte debout reste néanmoins toujours prioritaire.

Dans le jiu jitsu brésilien il se passe justement le contraire : on pratique davantage le combat au sol laissant un peu de côté la lutte debout. Les praticants de jiu jitsu brésilien affirment que la lutte par terre accorde plus de possibilités de remporter le combat avec un minimum d'effort que lorsqu'on lutte debout. C'est pourquoi  les techniques au sol sont bien plus nombreuses que celles du judo et avec beaucoup moins de restrictions.

Étant donné que le judo s'oriente davantage sur le combat debout il devient normal que la quantité de stratégies de la lutte dans cette position soient les plus acceptées pour le Tachi-Waza demeurant les pratiquants de JJB moins experts que les bons judokas. 

Bien qu'un pratiquant quelconque de judo puisse participer avec succès dans un tournoi de judo ( c'est bien le cas de Rigan Machado ou de BJ Penn), un judoka peut aussi figurer dans les compétitions de jiu jitsu brésilien; il suffit qu'il s'adapte aux règles du tournoi.

2. Différences dans le règlement de la compétition

Règlement du judo
C'est lors des Jeux Olympiques de 1964 que le judo est incorporé officiellement aux disciplines olympiques. Depuis  cette date jusque nos jours le règlement a subi des variations considérables mais pourtant  les règles de base n'ont pas été modifiées. Il ya plusieurs possibilités à l'heure de remporter le combat de judo :

  • Projection au sol de l'opposant au moyen d'une technique si bien qu'il tombe à la renverse sur le tatami avec la totalité du dos. C'est le Ippon ou victoire directe et par conséquent finalisation du combat. Si ce n'est que la moitié du dos qui reste collée au tatami, alors il s'agit d'un Waza-ari qui équivaut à la moitie d'un Ippon. Moyennant deux waza-ari on gagne le combat.
  • C'est aussi Ippon lorsqu'on immobilise l'opposant contre le sol pendant au moins 20 secondes. Au cas où le lutteur qui est par terre immobilisé reussirait à se libérer avant 10 secondes l'action sera considérée waza-ari.
  • Faire levier ou strangulation au sol ou Ne-waza est aussi Ippon ainsi que lorsque l'opposant se déclare rendu.

Bien que l'on puisse remporter la victoire au moyen de luxations ou strangulations dans le combat au sol, comme dans un tournoi de jiu jitsu brésilien, pour le judo est prioritaire la lutte debout ou tachi-waza. Si les combattants tombent par terre ils devront alors se remettre rapidement à la position verticale ou au cas contraire ce sera l'arbitre qui les forcera à se remettre debout.

Règlement du jiu jitsu brésilien
L'histoire du jiu jitsu brésilien dans la compétition est bien plus courte que celle du judo. Le judo est de surcroît une discipline olympique ce qui n'est pas le cas du jiu jitsu brésilien ( BJJ )

Le règlement du BJJ diffère beaucoup de celui du judo. On obtient des points pour renversements ou positions de contrôle au sol pourvu que ce contrôle tienne au moins trois secondes.

Le combat finit directement ( finalisation ) au moyen d'une technique de luxation ou étranglement qui entraîne la reddition du lutteur. Il y a des luxations des articulations autorisées qui sont par contre interdites chez le judo, par exemple celles opérées sur les chevilles. D'autres techniques interdites au Judo mais autorisées au BJJ sont les strangulations au moyen des bras sans se servir du kimono.

Si le combat se termine sans finalisation de la part de l'un des lutteurs la victoire sera remportée par celui qui aurait accumulé le plus de points. Nous montrons ci-après le système de ponctuation :

  • 2 points: Quand on lance par terre à l'opposant, par retournement ou inversion depuis le sol ou par maintien de la position technique du genou contre le ventre de l'opposant.
  • 3 points: Sortie de garde fermée.
  • 4 points: Pour atteindre le dos de l'opposant quand celui-ci est au sol et aussi quand on résussi la position "monté".

Les pratiquants de ces deux arts martiaux qui voudraient participer dans une compétition de judo ou de jiu itsu brésilien doivent faire très attention aux règlements. Il faudra par conséquent changer parfois la stratégie habituelle lorsqu'on ne connaisse pas bien les règles  car autrement on prend le risque d'être disqualifié ou de perdre le combat aux points. 

3. Différences dans le vêtement

Le judo aussi bien que le jiu jitsu brésilien utilisent le populaire kimono de trois pièces propre aux arts martiaux japonais : Veste, pantalon et ceinture.

Autant les kimonos JJB que ceux utilisés dans le judo ( aussi appelés Judogis) sont faits en coton. Dans le judo on emploie deux couleurs : la blanche et la bleue. On n'y affiche pas d'habitude de patchs en grand et même le logo de la marque est à peine visible.  Parmi les marques de judogis les plus réputées on distingue  Adidas et Mizuno, dont on remarque des modèles excellents tels que le Mizuno Yusho IJF 2015 et le  Adidas Judogi Competición Slim 2018 que l'on peut retrouver sans problème dans notre magasin en ligne Roninwear.com.

Les Kimonos de jiu jitsu brésilien et de judo se ressemblent beaucoup, la différence la plus appréciable résidant, quant aux kimonos JJB, dans la multiplicité et la variété de leurs designs: abondance de patchs et coutures à coloris qui diffèrent de ceux du tissu de base atteignant mème le coloris des doublures. 

Une autre différence, même si elle n'est pas très appréciable à l'oeil nu, est le fait chez les kimonos de jiu jitsu brasileño d'être confectionnés plus moulants que ceux destinés au judo. De surcroît on ajoute souvent la couleur noire qui n'existe pas pour le judo bien que dans ce cas ils ne sont pas agrées pour la compétition. Le bleu marine, rouge, vert militaire ou même le camouflage peuvent être utilisés dans les entraînements malgré l'opposition des certains professeurs aux couleurs criards en excès.

La différence la plus importante est donc, en plus de la couleur, celle qui concerne les patchs que dans le jiu jitsu brésilien sont bien souvent plus grands et voyants. Vous en aurez quelques exemples en consultant Storm Stealth Bolo o el Fuji All Around Camo 
 


J'ai lu et accepte les Termes et Conditions d'Utilisation de ce site: